Strasbourg et ses contrastes

Un livret de bord montrant Strasbourg et sa végétation.
Une approche haute en couleur qui permet au lecteur de s’immerger dans la ville sous un autre angle.

Pour ce projet sensoriel, nous nous sommes interrogées sur plusieurs manières de percevoir les différents lieux parcourus lors de notre trajet.

L’objectif : sensibiliser l’utilisateur aux différents aspects caché de la ville, tel que sa végétation, ses couleurs et ses détails.

Le carnet permet non seulement à l’utilisateur d’être guidé, mais aussi de le mener à sa propre réflexion. 

 

Promenade colorée à Strasbourg

Suivez-nous dans une immersion colorée, de la place du château à celle de la République.

Le but du projet est de récolter des informations subjectives vis-à-vis de l’espace urbain. Pour cela, nous avons cherché plusieurs procédés. Finalement parmi différents thèmes tels que les odeurs, la végétation, le champ de vision, les bruits, nous avons sélectionné les couleurs et les sens de circulation.

Le protocole serait de tourner simultanément les pages de 2 carnets, afin de s’imprégner de l’atmosphère du parcours de par le sens de circulation et des couleurs dominantes.

 

Le premier carnet est basé sur notre perception subjective d’un itinéraire par les couleurs. Ce carnet rend compte de l’atmosphère en brouillant les lignes des photos (floutage). Ainsi, on se concentre plus sur les teintes que sur l’image en elle-même.

Le second carnet est basé sur l’influence sens de circulation dans notre perception de l’espace urbain. Nous avons choisi une couleur pour l’aller et une autre pour le retour. Au premier abord, le tas de flèches superposées nous paraît barbare : on peut facilement se perdre. Cependant petit à petit, flèche par flèche, l’itinéraire devient logique.

Balade parmi les textures et les couleurs

Explorer à travers les matériaux

le passage progressif de l’ancien au moderne

Observation de l’évolution des matériaux et des textures le long du trajet

Introduction

Nous avons parcouru un itinéraire allant de la Place du Château à la Place de la Liberté de Penser et d’Expression. Nous avons préparé trois protocoles visant à transcrire les ressentis sensoriels des lieux traversés. L’un porte sur les matériaux et leurs empreintes, le deuxième sur les couleurs vues par zones et le troisième sur l’empreinte texturale.

Durant notre parcours, nous avons pris les empreintes des matériaux croisant notre chemin grâce à de la pâte à modeler que nous avons appliquée contre ceux-ci. Une fois la pâte à modeler récupérée, nous avons obtenu la contre forme du matériau. Nous avons ensuite pris des photographies dans une boîte tapissée de feuilles blanches. Par la suite, ces photographies ont été retouchées grâce au réglage du seuil. Nous avons imprimé ces empreintes sur des papiers de couleurs correspondantes au type de matériau.

  • Vert pour les végétaux
  • Gris pour les pierres et le béton
  • Jaune pour le bois

  • Bleu pour le plastique

Protocole empreintes texturales

Pour prendre la trace des textures rencontrées, nous avons utilisé du papier et du crayon gras ( 5B ). Nous avons plaqué le papier contre le matériau et colorié en appuyant contre celui-ci pour prendre sa trace.

Ce protocole complète les deux autres car il permet de percevoir les matériaux et leurs textures d’une autre manière. On obtient un résultat en deux dimensions qui témoigne des reliefs des textures. Ce protocole retranscrit particulièrement les reliefs prononcés sur de grandes zones, contrairement à la pâte à modeler qui permet d’observer les détails.

Les couleurs par zones

Lors de notre trajet en ville, nous avons pris plusieurs photographies des lieux qui nous semblaient intéressants et exploitables pour notre protocole. Pour réaliser ces zonings, nous avons utilisé un logiciel permettant de définir les principales zones de couleurs de chaque lieu.

Pourquoi avoir réalisé ce protocole ?

Les couleurs sont importantes à prendre en compte lors du relevé des textures des matériaux. Elles témoignent de l’ambiance d’un lieu et également de sa modernité. Par exemple, un lieu assez ancien aura tendance à avoir des couleurs chaudes et accueillantes tandis qu’un lieu dit “moderne” sera plutôt gris avec des formes très épurées. Nous devons être capable de définir “l’âge” du lieu sans le connaître.

Quelques exemples :

Ici, les couleurs sont majoritairement orangées, nous pouvons directement en déduire qu’il est plutôt ancien :

Pour contraster avec l’exemple précédent, voici d’autres couleurs par zones :

Nous pouvons clairement en déduire que ce lieu est contemporain. En effet il est majoritairement gris, ce qui nous laisse imaginer que le lieu est bétonné.

 

 

[S]trajets

Voir en plein écran