Escape Game – Opération IVANOVITCH

Vous êtes des agents du KGB. Il y a quelques mois, l’un de vos collègues Sergeï Ivanovitch s’est mystérieusement suicidé mais vous êtes convaincus qu’il s’agit d’un meurtre et que Baba Yaga, une vieille tueuse à gage à l’apparence d’une sympathique grand-mère, en est à l’origine. En effet, en vous rendant chez lui, vous n’avez pas pu mettre la main sur son précieux carnet d’enquête qui ne le quitte habituellement pas. Intrigués, vous décidez de vous infiltrer dans la chambre d’hôtel dans laquelle elle séjourne, pendant sa pause déjeuner. Vous avez moins d’une heure pour récolter les preuves de sa culpabilité !

 

Notre escape game « Opération IVANOVITCH » vous propose de vivre une expérience unique autour du thème du conte de Baba Yaga. C’est donc dans l’univers de la Russie des années 80 que les spectateurs seront pleinement immergés.

Dans un décor de chambre d’hôtel russe au dessus de lit à motifs colorés, napperons brodés et vieux tableaux vétustes. Les joueurs se retrouvent face à une valise fermée par un cadenas. Leur objectif : mettre la main sur le précieux carnet d’enquête de l’agent Sergei Ivanovitch. Ils disposent de leur sens de l’observation et de la réflexion et d’une durée de 45minutes. C’est parti !

Cependant, malgré notre décor plutôt réaliste, il ne s’agit pas d’un jeu d’escape game en salle, où les joueurs ont pour mission de s’échapper de la pièce. Notre but a été d’élaborer un escape game en kit dans une vieille valise avec des objets inspirés de l’univers russes avec lesquels nous avons créer nos énigmes : une chapka, un foulard brodé, des montres russes, une liasse de billets, une carte de l’URSS, des photos de nos protagonistes et enfin le fameux carnet d’enquête de Sergei. Avec ces objets, nous avons imaginé plusieurs types d’énigmes : fouille, manipulation, réflexion, logique,..

 

Pour ce faire, le processus de notre escape game a été le suivant :

  • le sujet de nos escape game étant les contes, nous avons commencé par une réécriture de divers contes (de Charles Perralt, en passant par les frères Grimm, ainsi que d’autres auteurs plus ou moins connus)
  • après une sélection de la part de nos professeurs, le conte qui nous a été attribué a été le célèbre conte russe Baba Yaga. Nous avons donc débuté par une lecture de la réécriture faite par une de nos camarades. Puis, nous avons réfléchi à la manière dont les différents éléments caractéristiques du conte pouvaient être retranscrits sous la forme d’un récit pour escape game. Certains éléments de l’histoire initiale ont donc été gardés tels que le personnage de la vieille dame qu’est Baba Yaga, ainsi qu’une grande inspiration de l’univers de la Russie folklorique.
  • Par la suite, nous avons commencé nos recherches en partant de cet univers particulier. Pour ce faire, nous avons imprimé toutes sortes d’images qui serviront d’inspiration pour l’élaboration de notre récit. Broderie russe, poupées, alphabet cyrillique, chapka (élements folkloriques russes), mais également des références aux services secrets russes de l’époque … Tant d’éléments culturels qui nous ont beaucoup servis pour l’élaboration d’un univers graphique.
  • Après de longues réflexions, nous nous sommes finalement décidés pour un récit dans les années 80 autour d’une vielle dame, cette fameuse Baba Yaga, qui serait en fait une tireuse a gage. Les joueurs seraient des agents du KGB (service de renseignement de l’URSS) qui auraient pour mission de trouver les preuves de sa culpabilité. Mais qu’a fait Baba Yaga ? Quels sont les éléments qui ont mis la puce a l’oreille des joueurs afin de vouloir enquêter ? Quel est le but final des joueurs ? Voila tant que questions que nous nous sommes posées pour élaborer un récit complet et cohérent.
  • Ensuite, l’étape suivante a été la transformation de notre récit sous forme d’énigmes. Ceci n’a pas été simple, car il s’agissait de créer des énigmes a partir d’objets que nous avions choisis, sans que le type de reflexion ne soit tout le temps le même et en gardant un fil conducteur.
  • Quelques semaines plus tard, nous avons eu l’occasion de faire tester notre premier prototype de jeu a nos camarades. Ce premier test, appelé beta-test nous a beaoucoup servi par la suite pour changer, revoir ou améliorer les énigmes peu compréhensibles ou trop difficiles. Échanger avec nos camarades nous a été très utile pour trouver des solutions à des questions jusque la sans réponse que nous nous posions sur certaines étapes de notre jeu.
  • Suite a ces quelques changements au niveau des énigmes, nous les avons finalisées et nous nous sommes procurés tous le objets, mécansimes (cadenas, aimant,…) et éléments de décor nécessaires.
  • Puis, la phase de fabrication a débutée. Pour certaines énigmes, des mécanismes à manipuler ont été réalisés : une boite avec un chemin aimanté pour récupérer une clé et le double fond de la valise pouvant s’ouvrir grâce a un code à roulettes et une carte magnétique. Ce dernier fonctionne avec un système d’aimant qui s’attire et se repousse : nous avons fabriqué la fermeture d’un coffre fort, ouvrable seulement lorsque le joueur donne la bonne combinaison de symbole sur les roulettes.
  • Notre escape game a finalement été testé par trois groupes d’élèves d’autres classes.

 

Après avoir fait tester notre jeu, nous sommes très satisfaits du résultat : notre jeu est immersif et même si certaines énigmes ont dû être améliorées car trop difficiles, nous avons constaté que l’expérience est très variable selon le nombre de joueurs et le dynamisme de l’équipe. Dans la globalité, les joueurs ont semblé satisfaits de notre jeu.