Escape Game – Le Bunker

Pour ce projet nous avions pour objectif la fabrication d’un escape game à l’échelle 1 contenu dans une boîte et ainsi pouvant être joué dans n’importe quel lieu.  

Pour la première partie de ce projet, nous devions proposer une réécriture d’un conte puis à partir de celui-ci, créer un scénario. 

Nous avons tiré au sort une réécriture d’Hansel et Gretel, celle-ci proposait une version très futuriste dans un univers apocalyptique. 

Cette réécriture nous a aidé à trouver l’univers dans lequel nous voulions faire évoluer notre escape game : un bunker occupé par un homme obsédé par la guerre froide. 

Suite à la mise en place de notre univers, nous devions écrire un speech définissant le déroulement et la situation de l’escape game. Pour cela, nous avons répondu à certains points: 

Thème : Le Bunker

Univers : Bunker, militaire, guerre froide.

Ambiance : Ambiance sombre et humide, peu de lumière, ambiance angoissante.

Objectif : s’échapper du bunker.

Raison du temps limité : Le commandant qui retient les joueurs prisonniers va bientôt revenir.

Rôle des joueurs : Trouver la clé du bunker et reconstituer le plan pour trouver la sortie.

Rôle Game Master : Prisonnier complice.

Ce qui nous a menées à l’écriture de notre speech :  

  

Une fois, le speech créé, nous avons entamé une réflexion autour des énigmes et de la forme que prendrait l’escape game. Cette réflexion nous a mené à la construction du squelette de notre escape game, mais aussi à l’aspect de celui-ci : un secrétaire militaire. Le secrétaire était le support idéal à la fois pour concorder avec notre univers, mais aussi abriter des énigmes nécessitant de la manipulation ou de la fouille.

À l’intérieur, plusieurs boîtes et autres énigmes permettront de trouver la clé et reconstituer le plan pour permettre aux joueurs de s’enfuir. 

Le squelette a été retravaillé à plusieurs reprises, car nous nous sommes heurtées à certaines incohérences dans le déroulement du jeu.

Lors de la construction du squelette, nous nous sommes concentrées sur l’articulation des différentes ouvertures des parties du secrétaire.

Après avoir établi notre squelette final, nous sommes parvenues à proposer 16 énigmes différentes aux joueurs.

Ces différentes énigmes peuvent nécessiter de l’observation, de la manipulation, de la fouille, de trouver des codes, ou bien d’assembler des éléments.

 

 

Créations des prototypes pour le Beta test

Nous avons ensuite fabriqué des prototypes de nos énigmes pour tester le déroulement du jeu et voir les modifications que nous pouvions y apporter. 

Le beta test nous a permis de remettre en question certaines énigmes, mais aussi d’observer les différents comportements et les logiques qu’avaient les joueurs.

Après avoir retravaillé les énigmes qui posaient problème, nous avons entamé la construction de l’escape game. 

 

Réalisation des éléments finaux 

Nous nous sommes réparti le travail de construction des énigmes et des éléments qui allaient permettre une immersion dans notre univers.

Nous nous sommes réparti le travail afin de réaliser les différents éléments qui constituaient les énigmes et le décors dans les temps. Au préalable, nous avions réalisé une planche d’ambiance afin de définir notre univers et d’avoir des sources d’inspirations. 

 

Le test final 

Après avoir construit et créé tous les éléments en veillant à la cohérence avec notre univers, nous avons eu l’occasion, au cours d’une après-midi, de pouvoir le faire tester  à un plus grand nombre de joueurs. Au fur et à mesure que les équipes passaient, nous avons observé les moments ou notre escape game était trop difficile, et nous l’avons  modifié pour les parties suivantes. 

Nous avons pu étendre l’univers de notre escape game en le mettant en scène par l’installation d’une pièce peu éclairée, avec une ambiance sonore et un décor type pour permettre aux joueurs de vivre une immersion totale. 

 

Bilan 

Ce projet nous a permis de nous rendre compte à quel point il était complexe de réaliser un escape game, tant dans son besoin de cohérence que dans sa fabrication. Nous avons appris a créé un scénario cohérent mais aussi à l’adapter aux utilisateurs et à leurs réactions. 

 

Il nous a nécessité beaucoup de technicité et de créativité, mais nous a aussi offert la possibilité d’exploiter différents mécanismes au travers de la construction des énigmes.