Projets

logo 2015 bleu LDL’O.N.U. a décidé de faire de l’année 2015 « L’année internationale de la lumière et des techniques utilisant la lumière ». La France participe à cette action et le 8 janvier dernier à la Sorbonne, à Paris, s’est ouverte « 2015, Année de la lumière en France » sous le haut patronage de Monsieur François Hollande.

« 2015, Année de la Lumière en France doit mettre en valeur les capacités de la lumière à apporter des solutions aux grands défis contemporains que sont l’énergie, l’éducation, la communication, l’agriculture, l’industrie, la culture et la santé tout en s’intégrant dans une démarche de développement durable ». Dans ce cadre, le Comité National, présidé par les prix Nobel de physique Claude Cohen-Tannoudji et Serge Haroche nous a informé que le label « Année de la lumière en France 2015 », thème « éducation/jeunesse », avait été accordé à la seconde partie de ce projet du lycée Le Corbusier >>> cf www.lumiere2015.fr , dans “calendrier des événements” et dans “Ressources”Presse-papiers-1

La première partie du projet avait permis, au mois de décembre dernier, aux élèves des classes de 2GT3 et de 2PELC de rencontrer les artistes de la compagnie « Féria Musica » qui leur avaient fait réaliser quelques exercices acrobatiques. En soirée, ils avaient assisté au spectacle « Daral Shaga » qui se jouait au Maillon de Strasbourg.

La seconde partie du projet s’est déroulée le jeudi 2 avril. Les participants ont été invités à se rendre dans les locaux du théâtre pour visiter les coulisses de ce lieu de spectacles strasbourgeois, pour y rencontrer les techniciens et pour se familiariser avec les appareils utilisés lors des représentations. L’objectif était de montrer aux élèves ce qui se passe dans les coulisses avant et pendant un spectacle : comment se prépare la représentation, comment s’installe le matériel puis comment se font les manipulations d’appareils pour obtenir les éclairages appropriés pendant le spectacle…

Ils ont d’abord été accueillis par Madame Cogny qui coordonne ce projet avec nous depuis plusieurs années. Puis ils ont participé à des ateliers. Au cours de l’après-midi, avec Antonio, directeur technique du Maillon, ils ont approfondi leurs connaissances techniques à partir du plan de scène du spectacle « Daral Shaga » vu au mois de décembre et que le théâtre du Maillon avait transmis pour une étude préalable en classe. A partir de ce document, ils ont pu se rendre compte concrètement de ce qu’il était possible de faire ou non au théâtre du Maillon pour accueillir le spectacle : critères de faisabilité (dimensions de la scène, hauteur, ouvertures…), matériel nécessaire (disponible au théâtre ou apporté par la compagnie), conditions de travail des artistes et techniciens de la compagnie, coordination entre ces derniers et ceux du théâtre du Maillon… Avec Manu, un de ces techniciens, ils ont visité le théâtre et ses locaux techniques. Ils se sont familiarisés avec les termes de langage utilisés, avec le matériel (câbles, lampes, spots…) qu’ils ont pu manipuler et utiliser. Ils ont également vu comment la salle était préparée avant un spectacle, comment et où s’accrochaient les appareils électriques… La visite s’est achevée par une démonstration dans la régie « son et lumière ».

Nos remerciements vont aux élèves qui ont eu un comportement exemplaire, qui ont suivi avec intérêt les explications qui leur étaient données et qui n’ont pas manqué de poser des questions pertinentes. Nous remercions aussi Madame Cogny et les techniciens du Maillon qui se sont rendus disponibles pour permettre à nos élèves de s’intéresser et d’acquérir des connaissances particulières au monde du spectacle et qui ne sont pas enseignées habituellement dans le cadre de la formation au lycée.

Nos remerciements vont aussi à la direction du lycée qui nous encourage depuis plusieurs années et nous donne les moyens de réaliser ce type de sorties avec les classes. Enfin, nous remercions Madame Brigitte Fournier, Inspectrice d’académie, Inspectrice pédagogique régionale, Correspondante académique pour les sciences et la technologie (CAST), qui nous a aimablement conseillé et aidé pour obtenir le label « 2015, Année de la lumière en France ».

20150410_094628Boxe (1)Nos boxeurs ne participeront pas au championnat de France UNSS de boxe cette année…

En effet, les deux équipes du lycée ratent chacune la qualification d’une place. Néanmoins, nous nous plaçons sur le podium du championnat inter Académies !

Nous terminons 2èmes en catégorie « Juniors-séniors établissement » (Milot Gashi, Nika Beridze, Dikton Qerreti, Tal Krasniqi, sur la photo) et 3èmes en « Juniors-séniors excellence » (Adam Bersanov, Elias Yunusov, Magomed Chupalaev).

Pourtant, il y avait de la place pour passer le cap des « inter académies », mais il s’en est fallu d’un petit moment d’inattention pour nous priver d’une seconde participation consécutive au championnat de France. Nos boxeurs peuvent être fiers de leurs places sur le podium des meilleurs établissements scolaires de l’est de la France, et de leurs titres de champions d’Académie.

Ces résultats sont encourageants pour l’an prochain car l’une des équipes devrait être constituée d’élèves qui seront toujours au lycée Le Corbusier l’an prochain. Nul doute que Jérôme Pirrera saura les motiver pour aller plus loin en 2016.

Didier Mailfert, professeur d’EPS

Du 31 mars au 2 avril derniers, trois élèves de la classe de 1PISC (Aubry Nicolas, Cobovic Borislav et Schmitt Hugo) se sont rendus dans les Alpes de Haute Provence à Barcelonnette, dans le cadre du “Challenge Jeune Officiels MAIF”.

Cet événement est destiné à tous les Jeunes Arbitres UNSS, peu importe leurs rôles au sein des associations sportives. C’est une récompense dans le cadre du programme UNSS/MAIF « Jeunes Officiels, vers une génération responsable ». Il s’agit de mettre en avant l’engagement de ces jeunes dans la vie associative. C’est un moment d’échange, de convivialité et d’amitié autour d’activités sportives ludiques.

La parité est respectée autant pour les Jeunes Officiels engagés que pour les accompagnateurs. Ainsi, trois élèves filles du Lycée Camille Schneider de Molsheim ainsi qu’une enseignante EPS ont également été du voyage, de même que M. Tesevic.

C’est un challenge sans classement et qui permet la rencontre de toutes les académies. Ce challenge est proposé une année sur deux aux collégiens ou aux lycéens.

Partis très tôt (à 2h) le 1er matin, la délégation alsacienne est revenu très tard le dernier soir mais ne regrette absolument pas le déplacement.

Les élèves étaient très satisfaits de leur séjour : “On a pu faire plein d’activités sous le soleil, rencontrer des élèves d’horizons différents et tout cela dans une super ambiance. On s’est vraiment bien éclaté !“.

Ils regrettent simplement que cela ait été trop court et la durée du voyage (une douzaine d’heures), mais repartiraient immédiatement si cela était possible !…

Après cette parenthèse enchantée, place maintenant à la fin d’année scolaire pour nos 3 garçons avec la réussite du diplôme intermédiaire et le stage en entreprise.

Quelques clichés du séjour sur ce lien: https://plus.google.com/u/0/photos/104286868480425002962/albums/6136030408775114369

Texte et photos Alexandre Tesevic, professeur d’EPS

Retour en images sur la journée des Portes ouvertes du lycée polyvalent et CFA  Le Corbusier de Illkirch. Un aperçu des formations que délivre l’établissement et du talent de ses apprenants !

Vidéo réalisée et montée par Adèle Dumser, actuellement étudiante en BTS Design graphique.

 

Hinter dem Ars Electronica Center in Linz (das Ars Electronica Center, das Museum der Zukunft). Photo Stéphane RuchVoyage en Autriche pour 90 élèves de première arts appliqués et architecture et construction du 15 au 20 février 2015

Au petit matin 9O élèves et 8 accompagnateurs ont pris la route pour aller à la découverte de « l’art et de l’architecture d’hier à aujourd’hui », projet transversal histoire, lettres, allemand, architecture et arts appliqués. Les deux bus affrétés par le lycée Le Corbusier ont fait escale à Innsbruck, première étape du voyage. Une classe avait rendez-vous avec leurs correspondants autrichiens et leurs deux professeurs pour une visite de la vieille ville. Les deux autres classes sont allées visiter la Schanze, ouvrage de saut à ski réalisé par l’architecte Zaha Hadid pour les jeux olympiques d’hiver, située aux abords de la capitale du Tirol. Puis les deux groupes sont repartis pour rejoindre ensemble Vienne, berceau de l’Art Nouveau au cœur de l’Europe.

La capitale autrichienne a permis aux élèves de se familiariser avec les œuvres de nombreux artistes au fil des visites des musées, tels que Gustav Klimt, Egon Schiele, Oskar Kokoschka, Koloman Moser, Richard Gerstl, Albrecht Dürer, Peter Paul Rubens, Bruegel, Andy Warhol, Roy Liechtenstein, etc. Les élèves ont découvert les nombreux palais et édifices, leurs architectes, Otto Wagner, Friedensreich Hundertwasser et dessiné dans leurs carnets de voyage. Les nombreux croquis et les collages témoignent de la richesse du programme qui a abordé l’histoire de l’art sur de nombreux siècles. Les amateurs de cinéma et des légendes de Sissi se sont promenés dans les décors du palais impérial de Schönbrunn et du Schloss Belvedere, alors que d’autres découvraient le musée d’histoire militaire de Vienne, musée de référence de la Bundesheer autrichienne.

Une journée a été consacrée à la visite du Musée d’art contemporain Lentos ainsi que du musée des nouvelles technologies, l’Ars Electronica Center. Les deux édifices sont situés au cœur de la ville de Linz au bord du Danube, fleuve que les élèves ont retrouvé le jour suivant lors de l’excursion à Bratislava, où le visiteur découvre des œuvres d’art au fil de ses flâneries dans les ruelles de capitale du jeune état slovaque.

Retrouvez plus d’informations sur le blog consacré à ce projet : http://projetautriche.blogspot.fr/


Une conférence sur les énergies a eu lieu mardi 24 mars pour la classe de seconde générale et technologique 2°GT3.

Elle a duré 1h30 et a été animée par Isabelle ROSSINI, enseignante à l’Université de Strasbourg (département Physique et Ingénierie) ; Jérome CARRAYROU, enseignant en génie biologique et génie de l’environnement à l’IUT Louis Pasteur et chercheur au laboratoire d’hydrogéologie et de géochimie de Strasbourg et Alain SPRAUER, chargé de mission culture scientifique et technique action culturelle, professeur agrégé de physique chimie.

Les thèmes abordés ont été divers : origines de l’énergie ; exploitation du gaz de schiste, les réserves actuelles (estimées) de pétrole, gaz, charbon ; exploitation de l’énergie nucléaire ; fermetures de centrales …

Les intervenants ont adapté leur conférence en fonction des questions (nombreuses !) des élèves.

Commentaires de quelques élèves …

« J’ai vraiment trouvé cette conférence intéressante et enrichissante. Des intervenants passionnants et une pointe d’humour, tout était réussi ». Roig Ghislain.

« Une conférence très intéressante où les intervenants ont pris le temps de répondre à toutes nos questions grâce à des visuels très clairs ». Clément DHUY

La conférence a aussi été l’occasion d’aborder le thème de l’orientation : en effet les chercheurs ont présenté leur métier, leur lieu de travail et également leur parcours scolaire. Certains élèves sont restés un bon moment après la conférence pour poser des questions aux enseignants chercheurs.

Frédéric Malié, professeur de Physique-chimie

13 IMG_7744Initiation, principes du Shibori : tordre, plisser, presser, teindre

Technique du SHIBORI : le terme « Shiborizome » nom exact au Japon, vient du verbe « Shiboru » : tordre, plisser, presser et de « Someru » : teindre. Le Shibori est une technique de teinture de tissus qui vient du Japon. Elle est également connue sous les termes de “tie and dye” ou de “chiné à la branche” ou de “renoué”. On crée des Shibori et en particulier des “itajime shibori” en pliant, plissant, puis fixant le tissu pour obtenir des motifs qui se répètent.14 IMG_7755

Dans le cadre de l’enseignement des arts appliqués et du thème “aléatoire”, les élèves de terminale TAA3 se sont initiés à certaines techniques de base du Shibori. En effet, le Shibori a des techniques précises, mais les résultats ne peuvent pas être totalement connus d’avance. Il faut beaucoup d’expérimentations, d’essais et de savoir-faire, pour acquérir peu à peu une expérience qui permettra d’obtenir des résultats moins incertains. Ils ont expérimenté deux notions principales et pu comparer les résultats obtenus une fois les échantillons séchés . Les élèves ont d’abord fait des essais de différentes différentes sur des textiles variés (coton, soie – fibres naturelles, puis des essais d’immersion plus ou moins longues dans le bain de teinture.

Plus de détails sur les ateliers ci-dessous :

En Séance 1 :

Introduction et préparation des échantillons textiles (techniques diverses de nouage, de pliage, … repassage, couture). Les élèves ont été initiés à 4 techniques différentes de mise en forme d’échantillons textile de 21 x 30 cm : Binding – Spiderweb Binding – Square foldind – Triangular folding

En séance 2 :

1- teinture : chacun a choisi sa couleur et a préparé son bac de teinture Dylon offert par le lycée. Ils ont procédé aux expérimentations, à l’immersion des échantillons, au déballage et aux coutures défaites des échantillons teints, à la suspension et à la mise en séchage puis au nettoyage. Il a été conseillé à chacun de marquer sur un calepin la façon dont il avait procédé pour chaque essai afin d’en garder une trace et de le numéroter pour ses créations futures.

2- Les premiers essais : au séchage, un regard critique a été posé sur ses résultats par chaque participant(e). Chacun a ensuite pu réaliser, composer quelques échantillons plus pensés globalement en lien avec la taille du ou des motifs, et leur type de répétition, mais aussi avec la taille du tissus. Il a été intéressant de comparer les résultats obtenus sur coton et sur soie.

Pour présenter les résultats de cet atelier, chacun va réaliser une mise en situation des échantillons et des prises de vue. Une présentation personnelle est demandée.

Cet atelier semble avoir plu aux élèves qui ont pu réellement expérimenter grâce à ce type d’atelier pratique. De plus il va se poursuivre hors cours pour les élèves motivés par ce type de techniques où de multiples applications sont possibles en art, mais aussi en arts appliqués où le Shibori peut influencer dans les domaines du linge de maison, du vêtement, de l’objet et de la décoration intérieure.

Texte et photos Mme Moreau Françoise Moreau, professeur d’arts appliqués

 

Un soir de mars à l’internat….

… magnifique concert du groupe “SF and the Ladyboys” qui a enchanté les élèves !

Invités par la Maison des lycéens, le groupe a proposé des morceaux de son répertoire folk acoustique, marqué par la tradition du songwriting folk américain allant de Woodie Guthrie jusqu’au Fleet Foxes en passant par Bob Dylan et Neil Young.
Le trio réunit Anne Darrieumerlou (Caravan orchestra) au chant et au violon, Stéphane Fischer (Gamesdoglär, Superdog) et Aurel King (Roots Noise) à la guitare et aux chœurs et a su conquérir  les élèves lors de cette soirée pas comme les autres au lycée Le Corbusier.

Quelques extraits des morceaux de ce groupe http://sfandtheladyboys.bandcamp.com/

La classe devant l'entrée du camp du Struthof
Les élèves de la classe de 1PBAA ont participé, ce vendredi 20 mars à l’épreuve écrite du Concours National de la Résistance et de la Déportation 2015
Ils avaient bénéficié d’une journée de soutien à la préparation du concours, au Mémorial d’Alsace Moselle et au Centre Européen du Résistant Déporté du Struthof. Ils ont rencontré à cette occasion Ester Senot “déportée par mesure de persécution”, Albert Montal et Pierre Molinet “résistants déportés”. Ces rencontres ont donné lieu à un travail en classe autour de la déportation, des discriminations, de la libération des camps et de la vie des rescapés après l’enfer.
Le travail de mémoire a permis de rencontrer des survivants, de recueillir leur témoignage et de s’interroger sur l’insupportable réalité des horreurs des camps d’extermination.DSCN3918

Marie-Sophie Rémy, professeur de Lettres-Histoire

photo 10La classe de 3ème prépa-pro du lycée Le Corbusier a expérimenté une application sur smartphone intitulée Pose ton flow. Une manière différente pour eux d’aborder le genre de la poésie qui est à leur programme de Français et d’en étudier les contours et la modernité avec leur professeur Samir Boumahres et un des professeurs documentaliste Laetitia Ory.

L’appétence toute particulière des élèves pour la musique, ainsi que l’opportunité offerte par l’application Pose ton flow -à savoir inviter les élèves à exploiter leurs textes sur des musiques libres d’accès et d’exploitation à l’aide d’outils qui leur sont familiers tels des smartphones ou des tablettes- a grandement contribué à orienter cette activité pédagogique autour de la thématique du Rap comme objet poétique.

Guidés par un corpus de textes poétiques dits “classiques”, par l’analyse de morceaux de rap contemporains et par l’étude de la figure et du rôle du poète, ils ont ensuite produit leurs propres morceaux de rap et les ont longuement retravaillés avant de les enregistrer sur l’application depuis leurs propres smartphones.

Pour entendre l’intégralité de leurs réalisations et découvrir le détail de la séquence en classe, un mini site a été conçu par le professeur en charge de la classe et la professeur documentaliste qui l’a accompagné : http://posetonflow3ppcorbu.weebly.com/