Projets

Le 22 janvier dernier, une classe de 2nde Bac pro – les 2PMEL – faisait la rencontre de Piet, un dessinateur de presse et caricaturiste bien connu des lecteurs de Rue89 Strasbourg, mais qui officie aussi dans de nombreux autres médias tels Arte, 8e étage ou encore le journal satirique Zélium

Les élèves avaient préparé cette rencontre, tels des journalistes en herbe, en enquêtant sur lui, en préparant leurs questions et en affûtant leurs connaissances sur le dessin de presse et la caricature, des genres journalistiques justement mis à l’honneur au CDI ces dernières semaines avec une exposition de Cartooning for peace.

Pour rendre compte de leurs échanges et de leur travail, quoi de mieux que de publier ici leurs propres articles, écrits à l’issue de la rencontre avec le jeune journaliste !

Des extraits audios enregistrés par les élèves lors de cette matinée sont également disponibles plus haut à cette adresse : https://soundcloud.com/cdicorbu/sets/piet-rencontre-avec-un-dessinateur-de-presse

Loryane Vialla, professeur de Lettres et Laetitia Ory, professeur documentaliste 

Ce projet a pu être conduit grâce au financement de l’AVL (dotation Région qui nous a permis de rétribuer l’intervention du journaliste au CDI) et grâce au Club de la presse Strasbourg Europe et le Clemi Strasbourg nos partenaires et intermédiaires avec les médias.

A découvrir  : le site de Piet  pietcartoons.wordpress.com

Les élèves de la classe de 1ère L ont eu la chance de rencontrer l’écrivain Franck Pavloff le mardi 29 janvier pendant 2 heures au CDI 

« La dictature c’est la pensée unique, je suis là pour vous dire que c’est à vous de choisir la couleur qui vous plaît » leur a expliqué Franck Pavloff, auteur d’un trentaine d’ouvrages et très connu pour son livre « Matin brun », qui décryptait déjà au début des années 2000 les ressorts de la montée progressive d’une dictature. Véritable plaidoyer contre la pensée unique, publiée en 1998 et vendue à deux millions d’exemplaires, l’histoire décrit en effet les petites compromissions de chacun, qui peu à peu font accepter l’inacceptable, en l’occurrence la dictature d’un État fasciste…

Avec Mme Brinette et Mme Ory, les élèves avaient travaillé plusieurs semaines consécutives à partir de cette nouvelle, pour concevoir un journal sur les actualités qui selon eux font malheureusement écho au propos de la nouvelle de Pavloff. Ainsi, pour préparer la rencontre avec l’auteur, et s’essayant à différents genres journalistiques, ils s’étaient intéressés à des faits d’actualité en lien avec la manipulation de l’opinion, des persécutions de minorités, la montée d’idées extrêmes et les différentes formes de totalitarisme dans le monde, le phénomène de « servitude volontaire » aussi…

Ils ont remis l’édition originale de ce numéro du « QuotiBrun » en main propre à l’écrivain qui a  alors engagé la discussion en prenant appui sur leurs articles, provoquant le débat  sur les événements actuels en France et à l’étranger, s’interrogeant avec eux aussi bien sur les questions liées aux réseaux sociaux, la surveillance et la géolocalisation, la défense des droits fondamentaux, la méfiance à l’égard des médias, la crise des gilets jaunes, l’homophobie, le racisme et les préjugés sexistes présents dans nos sociétés…  Tout au long des discussions, il les a invités à ne jamais se désintéresser de l’actualité, à rester vigilants et à toujours chercher à barrer la route à l’injustice et à toutes formes de dictatures.

Cet échange a été programmé dans le cadre de la centaine de « Rencontres d’écrivains » que l’académie de Strasbourg, service de la Daac, organisait durant cette semaine du 28 janvier au 1er février.

 

 

 

Le CDI proposait du 7 au 31 janvier 2019 l’exposition « Dessine-moi la guerre »
Les regards croisés de dessinateurs de presse de 1014 à nos jours sur les conflits dans le monde.

Un siècle sépare certains dessins de presse sur les guerres et pourtant de nombreux points communs les relient. Affichés sur une dizaine de panneaux, ils constituent un parcours qui pourrait devenir un jeu si les thématiques répertoriées n’étaient pas dramatiquement présentes à chaque conflit. Pour exemple, les enfants dans la guerre ou les armes chimiques.

Ce phénomène de récurrence sert de fil conducteur à l’exposition et démontre que comprendre la guerre de 14, c’est aussi comprendre les nombreux conflits qui ont éclaté en l’espace d’un siècle.

La Grande Guerre marque une évolution du dessin de presse : comment pensait-on avec son crayon en 1914? Et en 1918 ? « La Grande Guerre a indéniablement marqué une évolution du style des dessinateurs de presse », explique Bertrand Tillier, historien de l’art. Passant progressivement, d’une composition lyrique, influencée par la formation à la peinture des dessinateurs du début du 20e siècle, à un style plus graphique qui sera suivi par une forme plus proche du croquis dans les années qui ont suivi la Grande Guerre.

Un parcours/questionnaire de visite avait été élaboré par les professeurs documentalistes pour en faciliter l’exploitation : les enseignants étaient invités à déterminer des créneaux de passage auprès de Mmes Ory et Roche  pour bénéficier d’un accompagnement pédagogique de l’exposition.

Laetitia Ory, professeur documentaliste

Tout le mois de décembre, les membres de la communauté du lycée ont pu à nouveau participer au concours du « Calendrier de l’av(a)nt les vacances » version 2018 !

L’idée ? Se remémorer de façon originale quelques événements de l’année écoulée et développer l’appétence de nos élèves pour l’actualité et la presse !

Comme l’an dernier, les professeurs documentalistes proposaient donc de décompter chaque jour de classe restant avant les congés de Noël : un site dédié, confectionné par leur soin, permettait de découvrir chaque jour, sur un calendrier interactif,  des énigmes à laquelle chacun pouvait répondre. Photos de presse, caricatures, extraits vidéo ou indices sonores ont été autant d’indices disséminés pour aider les participants à répondre directement via des formulaires en ligne disponibles chaque jour sur le site web du jeu.

Elèves, étudiants, enseignants, personnels administratifs ou de la vie scolaire, et même des parents se sont pris au jeu cette année encore : nous avons dépouillé plus de 1600 réponses en tout à l’issue du concours !  Les gagnants sont repartis avec des livres pour les 1ers prix et des goodies du CDI pour les suivants.

Les classes de CAP de Mme Vialla et de M. Grandveau ont même décidé cette année de se serrer les coudes et de chercher la réponse à chaque énigme ensemble en classe : l’énigme du jour faisant alors l’objet d’un débat en classe sur l’actualité, d’une recherche au CDI ou encore d’une leçon spécifique d’histoire. Ces deux classes ont été récompensés pour leur pugnacité par un prix spécial et un diplôme remis lors d’un atelier ludique au CDI.

Laetitia Ory et Aurélie Roche, professeurs documentalistes

Durant le mois de novembre, les sorties et rencontres théâtrales se sont succédées pour la classe de 2PTEB. Ces élèves ont en effet la chance de faire partie cette année d’une

classe à Projet Artistique et Culturel centrée sur la représentation théâtrale.

Ce dispositif est soutenu par la DAAC de Strasbourg et est réalisé en partenariat avec le TNS.

Guidés par Samir Boumahres, professeur de lettres-histoire, Stéphanie Evrard, professeur d’arts appliqués et Aurélie Roche, professeur documentaliste, les élèves sont amenés à confronter des textes littéraires et des tableaux ayant fait polémique. Ce travail d’analyse aura pour concrétisation le tournage de saynètes, à la manière de la mini-série d’Arte, « A musée vous, à musée moi ». Toute la classe bénéficiera des conseils avisés de Vincent Arot, comédien au TNS, pour l’écriture et la mise en scène de leurs vidéos.

Jeudi 8 novembre, les 2PTEB ont entamé le projet par la découverte des ateliers des décors du TNS, à Illkirch. La visite guidée, dirigée par Christian Hugel, responsable de projets, a été une vraie source d’inspiration pour nos élèves.

Par demi-groupes, les 14 et 20 novembre, ils ont ensuite pu assister à la pièce « Les terrains vagues » au TNS. L’occasion pour les élèves d’avoir un magnifique exemple de scénographie et d’en tirer parti pour créer leurs propres mises en scène.

Finalement, toute la classe a eu la chance d’accueillir le 22 novembre Béatrice Dedieu, chargée des relations avec le public enseignant au TNS, Genséric Coléno-Demeulenaere, qui interprétait le personnage de Laszlo, et Quentin Maudet, régisseur général du spectacle. Cette rencontre a permis aux élèves d’exposer toutes leurs questions sur le spectacle et d’affermir encore leurs propres projets.

Depuis, ils progressent dans la production de leurs clips vidéos ! Au programme avant les congés de Noël : synopsis des scènes et écriture des dialogues :

 

Quelques jours avant les vacances, c’était  « Peace & Lobe » pour nos élèves du Lycée Le Corbusier et quelques classes des lycées Gutenberg et Alexandre Dumas !

Proposés pour la 2ème année consécutive par la Plateforme des musiques actuelles Grand Est dans le cadre de la campagne de sensibilisation HEIN?! et du mois de la gestion sonore en Alsace, quatre spectacles en deux jours ont été donnés à l’amphithéâtre les lundi 15 et mardi 16 octobre derniers, permettant ainsi à 550 élèves des 3 lycées d’Illkirch de bénéficier du concert et des précieux conseils donnés par les artistes !

« Peace and Lobe », c’est un concert sur l’histoire des musiques amplifiées, du blues jusqu’à la musique électronique en passant par le jazz, le rock, le disco et même le rap. Mais il distille aussi avec habileté des messages de prévention contre les risques auditifs.  Alternant vidéos musicales, temps parlés et interactions avec les élèves, Rachid Wallas et Dj Spaig ont captivé les jeunes en leur racontant l’histoire des musiques actuelles, mais aussi en leur expliquant avec pédagogie, et un certain sens de l’humour, ce qu’est un son amplifié (fréquence, volume, timbre, décibels et traitement sonore), en leur décrivant encore au passage le fonctionnement de l’oreille et les traumatismes possibles à l’écoute de musique trop fort (surdité transitoire, surdité définitive, fatigue auditive) et en leur donnant des conseils avisés pour une meilleure gestion du son au quotidien (temps d’exposition à respecter, protections auditives sur le marché, dépistage possible…). Des bouchons d’oreille en mousse ont même été distribués à l’issue de chacun des spectacles !

Le lycée remercie tout particulièrement Pierre Poudoulec, notre intermédiaire avec le porteur de l’action : musiquesactuelles.net
Les financeurs sont : l’Agence régionale de santé – ARS Grand Est, la Région Grand Est et le Département du Bas-Rhin.
Sont également partenaires : Agi-Son et l’Autre Canal de Nancy.

Laetitia Ory, professeur documentaliste

 

Une nouvelle expo et un concours !
« Dessins de presse d’Adrià Fruitós, artiste engagé »

Du 8 octobre au 15 novembre 2018 au CDI

Une exposition de 8 de ses oeuvres parues dans la presse, afin de questionner l’actualité par l’illustration de presse et découvrir le style incomparable de cet artiste.

Avec une sélection de livres et d’articles de presse en lien avec chaque thème abordé par ses illustrations, l’exposition permet aussi à chaque visiteur de participer à un concours : élèves et personnels sont invités à proposer leurs propres légendes sous les illustrations d’Adrià Fruitòs ! De nombreux lots sont à gagner pour les plus inventifs.

Qui est Adrià Fruitós ?

Il fait partie de la relève des dessinateurs presse, et il est l’un des plus talentueux de sa génération.
A seulement 34 ans, installé à Strasbourg depuis une dizaine d’années, il travaille pour la presse nationale et internationale. Il a suivi des études d’art à l’école « La Massana » de Barcelone et à  l’ ESAD de Strasbourg.  Sa carrière a démarré à Barcelone en tant qu’illustrateur pour la jeunesse.
Ses clients sont par exemple The New York Times, Le Monde, Libération, Revue XXI, The Daily Telegraph, L’Obs, Les Inrocks, Sciences humaines….
Ses images sont fortes et belles, d’une lecture rapide et d’une efficacité redoutable.  Il crée des illustrations aux messages politiques forts. Symboles, humour et palette de couleurs très contrastée sont la signature
de cet artiste à l’esthétique graphique immédiatement identifiable. Interview à découvrir ici >>Exposition du 8 octobre au 15 novembre au CDI, grâce à nos partenaires Tout le Bas-Rhin , Club Presse Strasbourg Europe et Clemi Strasbourg

Cette année, la Zep – Zone d’expression prioritaire – est venue à la rencontre de 5 de nos élèves au CDI du lycée Le Corbusier. Un atelier sur plusieurs semaines pour les aider à prendre la parole, à s’exprimer sur leur vie et briser ensemble le cercle du décrochage scolaire.

C’est la rencontre avec deux journalistes professionnels, Isabelle Maradan et Christophe Busché, qui a permis à ces 6 jeunes d’écrire puis peu à peu de raconter, face caméra, un moment important de leur vie.

Après l’atelier d’écriture, Jean-Julien, Rémy, Yassir, Alvaro et Amir ont été initiés à la vidéo et se sont mutuellement interviewés et filmés s’ouvrant tour à tour aux autres, en racontant cette tranche de vie qui leur tenait à coeur.

Cliquez sur l’image pour découvrir leur récit en vidéo :


La ZEP est un dispositif media innovant d’accompagnement des jeunes de 15 à 25 ans à l’expression par des journalistes professionnels. En savoir plus >> 

Un atelier financé par la Région Grand Est (Animation vie lycéenne) et qui a pu voir le jour grâce à l’opiniâtreté de Madeline Lehmann, CPE et référente décrochage au lycée Le Corbusier Illkirch et Nathalie L-Hommedet enseignante au LATI

Laetitia Ory, professeur documentaliste 

 

Dans le cadre du projet « #Fabrique ton média », initié par Alsace cinémas, le CLEMI Strasbourg et France 3, les élèves de la classe de 1ère Bac pro TEB du Lycée Le Corbusier ont présenté plusieurs reportages vidéos lors la journée de restitution des travaux dans l’auditorium de France 3 Grand Est !

La journée au siège de la chaîne de télévision, le 5 juin dernier, a clôturé un travail de longue haleine et a permis la rencontre des classes participantes à l’opération #FTM. Animée par le journaliste et célèbre présentateur David Marcelin, cette journée a aussi été l’occasion d’écouter un autre journaliste, Aymeric Robert, expliquer aux jeunes participants « comment repérer les fakes news ?! ».

Pour leur travaux, nos élèves avaient choisi d’aborder en vidéo des thématiques qui s’inscrivaient, non seulement, dans la continuité des objets d’étude vus en classe de Français, mais aussi dans leur quotidien social et géographique. Par exemple, les élèves avaient  profité de la visite d’Azouz Begag à Strasbourg à l’automne dernier, pour interroger l’auteur sur l’intemporalité des combats des philosophes des Lumières puisque c’est un thème au programme en 1ère Bac pro. Autre exemple, en regard du thème « Du côté de l’imaginaire » qu’ils ont étudié en cours, certains ont souhaité explorer l’engouement provoqué par l’univers des mangas : ils sont alors partis interroger le directeur de l’école de la BD strasbourgeoise !

A noter également que nos élèves ont réalisé l’ensemble de leurs capsules vidéo à l’aide de smartphones et se sont attelés à produire l’ensemble du projet du début à la fin, en prenant eux-mêmes les rendez-vous, en menant leurs interviews et en réalisant le montage de leur mini-reportages !

Visitez leur site web avec les réalisations et les coulisses du projet : http://fabriquetonmediaaucorbu2018.weebly.com

#FABRIQUETONMEDIA sur France 3 Grand Est 
Depuis 2015, le rectorat de l’académie de Strasbourg, le réseau Alsace Cinémas, le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) et France 3 Alsace se sont engagés à éduquer les jeunes aux médias. Montrer aux élèves comment l’information se fabrique au quotidien.

Les enseignants qui ont encadré les élèves : Samir Boumahres, professeur de Lettres-Histoire & Laetitia Ory, professeur documentaliste

Le projet COP 21, entamé courant mars avec l’accueil au CDI d’une exposition « Le Climat en danger », s’est clôturé jeudi 24 mai par une simulation de négociations climatiques.

Initié par le Planétarium & Jardin des Sciences de l’université de Strasbourg, ce projet a réuni nos élèves de 2GT2, 2GT3 et 2GT4 et une classe du lycée Jean Monnet de Strasbourg. Durant tout le troisième trimestre, les élèves ont pris la peau des différents acteurs d’une négociation climatique : les ambassadeurs des pays représentés dans la commission, les lobbies et ONG défendant leurs intérêts, les membres organisateurs de la COP ainsi que le groupe médias. Ils ont complété des fiches de synthèse avec les données climatiques sur chaque Etat, avant de réfléchir à des propositions qui ont été discuté lors de la simulation.

M. Feidt, proviseur du lycée, puis M. Dreyssé, directeur du Jardin des Sciences, ont introduit la journée. Celle-ci s’est déroulée sous la forme d’un jeu de rôles reproduisant la structure de négociations climatiques avec ses procédures : travail en commissions « Adaptation » et « Atténuation », négociations des lobbies, puis vote en Assemblée générale. Les élèves ont ainsi échangé et débattu autour de questions éthiques et citoyennes liées au climat, tout en s’initiant aux processus démocratiques de prise de décision. Le groupe médias s’est chargé d’alimenter un fil Instagram durant toute la journée (https://www.instagram.com/strascorbucop/).

A la fin de la journée, les élèves ont pu remettre leurs résolutions à M. Hamm, adjoint au maire d’Illkirch chargé de l’écologie et des espaces verts et naturels.

Aurélie Roche, professeur documentaliste

A lire dans les DNA du samedi 26 mai : « Négociateurs en herbe »