Fantasmographie

J’imagine Berwiller et Ammertzwiller…

J’imagine Berwiller et Ammertzwiller au cœur d’une pensée collective mais contradictoire : le faire-ensemble. Écologie et convivialité sont les principaux atouts des deux communes. Sensibles au changement, les habitants se rassemblent et débattent fortement, les propositions vont dans tous les sens telle une explosion de couleurs. Entourés de forêts, l’une des communes est plus développée que l’autre. Les lacs recouvrent une infime partie des collines dénuées d’arbres et permettent à l’éco-système de se développer et de proliférer même en centre ville. Les voitures vont et viennent au centre de Bernwiller, commune aux mille et une fleurs. Tantôt remplies, tantôt vides, les ruelles sont en mouvement constant. J’imagine des champs, entourant les villages, à perte de vue : tout est à la fois grand et petit.

Justine Baillet


Fantasme d’un village en devenir

Deux communes fusionnées, des structures vidées, les populations s’assemblent et se questionnent sur les nouvelles possibilités.
Une expérience racontée, sur la vie dans cette communauté, nous recréons une carte sensible à travers les yeux de l’atelier.
Des restaurants aux écoles, des chapelles aux terrains agricoles, la mine glisse sur la feuille révélant les points forts de cette carte sans boussole.
Voilà ce que j’ai entendu, bercée par les dires des volontaires assidus, voilà ce que j’ai retenu, de ces communes aux frontières confondues.
Une voie cyclable les reliant, une route traversée par des poids lourds assourdissants, un bar chaleureux qu’on appelle le cheval blanc.
Une chapelle à la forme unique, une maison de peintre emblématique, un vieux presbytère fait de briques, Bernwiller Ammerzwiller s’unissent sur une carte fantasmographique.

Mélanie MATHIEU


Un village à la carte

Ma première rencontre avec le village d’Ammertzwiller-Bernwiller s’est fait à travers les yeux d’un autre, un peu comme la fusion de ces deux villages d’ailleurs. Cette petite commune nouvelle m’a semblé être le rêve de quelqu’un d’autre, laissant ses habitants sans voix… Mais ça, c’était avant l’arrivée de l’atelier Na ! Avec pour arme principale une oreille attentive, ce jeune collectif a su mobiliser les habitants de la commune, qui, sans le savoir, ont trouvé un écho ici, à l’Insitu Lab. C’est de cet écho qu’est née ma fantasmographie, de l’énergie débordante que j’ai pu ressentir et de cette volonté de transformation. Transformer son village, l’imaginer, le modeler… En faire, en quelque sorte, un village à la carte.

Céline Abadine

img_carte


Cette nuit j’ai fait un rêve

J’ai rêvé de ces deux villages du Sundgau, où chacun était unique, chacun possédait ses architectures, ses histoires, ses habitants et ses souvenirs. Là-bas ce sont les habitants qui animaient, donnaient vie à ce territoire. L’entraide, la solidarité et la fierté de leur village me donnait envie de les rencontrer, dans la maison Jean Jacques Henner, de les écouter me raconter leurs anecdotes au café-bar chez Suzanne.

J’ai rêvé que je visitais le jardin de Brigitte, que je me promenais le long de la voie verte, que j’allais voir l’intérieur de l’église de Bernwiller avec son dôme qui surplombe le village. Les grands espaces et la verdure m’inspiraient un sentiment de liberté avant de les avoir foulés, et ouvraient le champ des possibles en matière de création.

J’ai rêvé enfin, que je rencontrais ces deux villages pour de vrai, que je faisais pleinement partie du projet, et que j’en ressortais émue, grandie.

Rosalie Schwindenhammer


Le village imaginé

J’interprète par la supposition, la rêverie, les propos de l’atelier NA, j’imagine au travers de l’écriture de cette carte transmettre deux typologies d’informations. Premièrement, de manière conventionnelle, je construis couche par couche cette idée de la Ville Nouvelle. Je trame le papier, cela me permettra de me repérer dans l’espace, puis j’imagine la topographie du village. Ensuite, je trace les voies primaires, secondaires et tertiaires, elles me permettent de faire figurer les maisons sur le fond de carte. Enfin, de façon plastique j’imagine l’emplacement des éléments  les plus importants, je les positionne, ils sont à l’échelle de l’importance qu’ils ont ou auront dans le village. Je continue de rêver et imaginer ce village. 

Marion Deleersnyder


FANTASMOGRAPHIE

Invité à fantasmer une carte représentant la fusion récente des villes de Bernwiller et d’Ammertzwiller en 2016 créant ainsi des tensions entre les riverains au sein des deux villages. Ce projet innovant doit recréer le lien social d’antan au sein de ces deux villages. La cartographie rêvée est dans un premier temps l’élément nécessaire à la mise en abîme du projet. Elle me permet d’appréhender le lieu, l’ambiance, les différentes activités et les liens entre les espaces. La fantasmograhie illustre ma pensée et la vision que je me suis fait de ces deux villages Alsaciens. J’imagine des citoyens vivants et dynamiques, prêt à entreprendre des actions concrètes pour redonner vie à trois bâtiments désuets. Ces infrastructures sont l’ancienne Mairie de Bernwiller, la maison Henner et le Presbytère. Il vont être remaniés afin de subvenir aux besoins et aux envies des villageois.

Cyril Nicoud


Rêver la ville

La Route Nationale séparant le village en deux, les champs de miscanthus de Monsieur Ditner ou bien la chaufferie non loin de la fameuse maison Henner sont autant d’éléments qui constituent la vie du village de Bernwiller-Ammertzwiller. C’est à partir de ces éléments que je propose ma vision subjective de cette petite bourgade sud-Alsacienne. J’imagine un brassage entre fiction et réalité ou le concret se mélange à la déduction et l’invention afin de produire une représentation onirique, basé sur mes impressions plutôt que sur la réalité du terrain.

Par le biais de cette carte, j’appréhende pour la première fois le village, sa topographie et son fonctionnement. Bientôt, je me rendrai sur le terrain pour enfin découvrir le petit village de Bernwiller-Ammertzwiller de façon complètement réelle et objective.

Jules DIDIER


Rêve, Fantasme & Carte

En fonction des éléments évoqués en classe avec l’atelier NA, je suis assez impressionner par toute la motivation du collectif durant ces 9 mois et de leurs enthousiasme face à ce projet d’envergure pour apporter de la richesse dans les deux villages, Ammertzwiller et Bernwiller.

J’aime particulièrement l’insistance des habitants à imposer plus de richesse à leur territoire, notamment les enfants voulant absolument d’un skate-parc pour faire des figures de skate et de trottinette, et également la création de plusieurs lieux communs qui stimule les rencontres et le dialogue…

Concernant la cartographie sensible évoqué en classe, dans un premier temps, j’ai réalisé une carte qui reflète mon identité, c’est à dire quelques choses d’assez vifs et colorés, saturé de couleurs et de formes, quelque chose de ludique.
Dans un second temps, je prends en compte l’identité graphique propre à l’Alsace en terme de typographie, d’ou le choix de la typo Old English ainsi que les lieux qui reflètes l’identité des deux villages (Le restaurant « Au soleil », Le jardin de Brigitte…). En bref montrer les richesses du village….

Pour la suite j’imagine quelque chose de très ludique, proche de l’enfance comme fabriquer une cabane dans les arbres, Plusieurs projets qui pourraient nous donner un sentiment de nostalgie en lien avec l’enfance…

Aurélien LE NY


Village rêvé et crayonné

Je suis captivée par ce que disent Rémi et Camille qui nous présentent le projet Maisons fait quoi ?  Grâce à leurs expériences, et leurs résidences, j’imagine sans y être jamais allée Bernwiller et Ammertzwiller, deux villages fusionnés où l’on interviendra. Ma fantasmographie est colorée et aérée, avec une double lecture, je présente l’histoire des deux villages, leurs anecdotes, leur fort engagement écologique et de multiples récits qui sont importants à mes yeux, ou qui font sourire. La région est rurale, des champs à perte de vue, je veux transmettre alors un univers coloré, et léger, où l’aspect manuscrit renvoi à l’ idée que rien n’est figé dans le temps, n’importe qui pourrait alors compléter cette fantasmographie. Toutefois, si trop de texte il y a, le calque se retire pour une lecture plus minimaliste, et laisser une plus grande place à l’imaginaire. 

Juliette GRUCHY


 Toute une histoire !

Je vais vous conter l’histoire de deux villages d’Alsace, Bernwiller où vivent « les oiseaux du paradis », et Ammertzwiller où vivent « les ânes » et qui ont fusionné. Le récit des deux villages par l’atelier NA ressemblait à une déambulation somnambulique chargée d’histoires. J’imagine les deux villages, échangeant leurs récits, leurs légendes autour d’un épicentre sur la voie verte, qui les lieraient avec des notions de partage et de rencontre. La maison Henner est la fierté de Bernwiller, le presbytère est le cœur d’Ammertzwiller, de quoi en faire un coin sympathique pour ces habitants. J’ai mis l’accent sur les lieux vacants, lieux chargés d’histoires et d’anecdoctes. Ma fantasmographie est une invitation à parcourir ensemble ces histoires.

Emeline PRIGENT


Il était une fois la commune nouvelle de Bernwiller

Ce n’est pas seulement une Commune, c’est un conte. Une de ces communes qui existe par amour.

Il était une fois, Bernwiller se maria à Ammertzwiller et donna naissance à La Commune Nouvelle de Bernwiller. Cette douce commune vit grâce à ses habitants depuis des générations. Ses terres sont sacrées et pourvues de richesse que beaucoup de personnes ignorent. Tout comme ses lieux, la maison Henner ou l’école de Bernwiller qui évoquent aux habitants des souvenirs joyeux. Et puis plus loin il y a les champs, au calme, où seuls les agriculteurs s’y retrouve pour vivre de leur passion.

Ah, cet endroit. On ne l’a jamais vu mais on le fantasme déjà.

Mais voilà, la Ville grossit. Ces extrémités s’étendent et coupe Bernwiller en deux. C’est alors un lieu dans lequel on passe, ou plutôt que l’on traverse. Que l’on modèle ou que l’on détruit. Mais Bernwiller et Ammertzwiller se battent pour que rien ne change. Par amour.

Camille Roignant

 


Je songe à un village…

Je songe à un village qui soit un lieu dans lequel chaque habitant se connaît, un lieu où chaque personne croisée sourit, dit bonjour, échange. Je fantasme sur un village dont le maître-mot est la convivialité…

Mes rêveries se retrouvent sur la cartographie de deux villages réunis, Ammertzwiller et Bernwiller. J’ai compris, d’après le récit des membres du collectif d’architectes, que les habitants sont tous attachés à leur commune d’origine. J’imagine ainsi une double carte qui à la fois unit et différencie ces deux villages en mettant en valeur des points importants. Ces points représentent les lieux de rassemblement, lieux de partage que je considère indispensable à la vie en milieu rural.

Chloé S.


Je rêve d’un village…

Bernammertzwiller. Je me demande d’où sort ce nom biscornu ?  Deux villages voisins, deux cultures, deux identités vivent paisiblement dans une région d’Alsace. Paisiblement, ou presque… les habitants des deux communes de Bernwiller et d’Ammertzwiller passent leur temps à se chamailler. Mais tout bascule en 2016 quand les Bernwillerois et les Ammertzwillerois devinrent LES Bernammertzwillerois. La fusion des deux communes rassemble deux populations qui tiennent toutes deux à préserver leur intégrité. Ma carte sensible rend tangible cette fusion, donne de l’importance à la tramée verte qui est le lien directe entre ces deux anciennes communes, tout en  préservant leur patrimoine singulier, en gardant, dissimulé, leurs anciens noms, leur patrimoine propre. Par cette carte j’imagine un village uni, riche de deux histoires, de deux cultures.

Julie BEAUBEAU


Pack pour la commune nouvelle

Ma carte vous raconte l’histoire de 2 villages, 2 identités, qui fusionnent. Elle propose un constat, un point départ, pour la nouvelle commune. Une fusion politique rassemblant deux espaces géographiques mais aussi deux populations, les ParadisVögel (oiseau du paradis) et les Esel (ânes). Les habitants, l’architecture, le fonctionnement du village en sont tous bousculés. Ma carte, par sa modularité, joue de ce terrain en pleine mutation en posant question. Qu’est ce qui existe, qu’est ce qui change, qu’est ce qui est vacant ? À travers des espaces, pleins ou vides, des points mobiles ou immobiles, j’expose le champs des possibles pour la création de la commune nouvelle.

Waldt Noémie


L’utopie du vert

M’imprégner, interpréter, rêver, fantasmer cela a été ma ligne de conduite. J’ai écouté, ressenti, imaginé puis retranscrit mes fantasmes sur les villages d’Amerzwiller et de Bernwiller. Les mots clés qui m’ont éveillé sont « écologie » et « entraide ». Ce vocabulaire est devenu un désir une vision idéaliste. Ainsi j’ai réalisé une cartographie qui s’inspire de l’utopie d’une agriculture biologique, de ses grands espaces verts, de l’odeur de ses fleurs, des reflets dorés des blés, de la fertilité de ses sols. C’est la vision d’une communauté solidaire, fraternelle qui s’inspire du savoir faire des uns et des autres. La volonté d’échanger des produits locaux, de faire vivre le village et de vivre ensemble. Se rencontrer et festoyer autour d’un bon repas. De cette fantasmographie se dégage le succès d’un lieu sain, un air doux de verdure, de sérénité et de pérennité, un air qui s’étendra aux municipalités voisines .

Guenat Emeline


Je rêve du chaleureux village de Bernwiller-Ammerzwiller

Je rêve du chaleureux village de Bernwiller-Ammerzwiller. Cette commune de campagne respire la convivialité et l’entraide. Les habitants sont motivés à faire avancer les choses en renforçant l’aspect collaboratif, de mettre des activités en place pour dynamiser le village. Les deux territoires sont véritablement liés : une école commune, une voie verte, de nombreuses festivités, une philosophie écologique. De nombreux petits commerces se maintiennent et continuent de faire vivre le village (vente de patates, fabrication de saucisses au sanglier, bar des routiers). Les familles aiment s’y retrouver après leur journée de travail dans ce petit coin campagnard et champêtre. Il n’est pas impossible qu’en sirotant un petit schnaps dans son jardin que l’on y entende Hervé l’agriculteur du champ voisin ou les poules du jardin de Brigitte. 

Sophie Perrin


Cartofusion

J’imagine la fusion de deux communes pour en créer une nouvelle. Un village habité par une énergie collective, l’envie d’une vie meilleure, des préoccupations écologiques, l’envie de faire du local. J’imagine un point culminant, la Maison Henner, patrimoine historique de la ville, zone de rencontre, carrefour entre les habitants des deux villes, les générations, les professions. Une atmosphère calme habitée par une activité folle. La fusion des idées, des différences. J’imagine un réseau articulé autour de la Maison Henner, où la ville se suffit à elle-même, traversée par des flux de paroles, de services, de rêves. J’imagine une ville nouvelle où le fantasme devient réalité.

Yoanna Bourgès

 


Mon voyage imaginaire

Comme une enfant, j’écoute le récit de l’atelier Na.

Je m’imprègne de toutes les aventures qu’ils ont pu vivre au sein du village de Bernwiller.

je me munis de mes feutres et de papier,

mon voyage imaginaire peut enfin commencer.

Je rêve de deux maisons qui fusionnent pour n’en faire qu’une.

Je rêve d’une maison commune.

placée en pleine nature, entourée de champs, et de forets.

Je rêve d’une maison qui vit grâce à ses habitants et qui en sont fiers.

grands, petits, ou plus âgés, peu importe, tous unis.

Je rêve d’une maison pleine d’histoires et de souvenirs qui ne demandent qu’a être racontés.

Je rêve d’habitants qui ne souhaitent qu’une seule chose: que leurs paroles soient entendues.

Je rêve d’une communauté qui n’a qu’une hâte: réinventer l’avenir de leur maison.

Trois bâtiments vides m’appellent, parce qu’ils ne demandent qu’a vivre eux aussi.

Je rêve de cette nouvelle maison que j’appellerai A-B WILLER.

Louise Tudela


Premier travail, premières impressions, première rencontre avec le collectif Atelier NA. Deux jeunes têtes souriantes me racontent le village. Le village en mutation, l’Histoire riche, les habitants engagés, la présence de la nature aussi sont des choses impalpables que j’ai retenu et traduis sur ma carte. Je concentre mon attention sur les trois bâtiments vacants du village parce qu’ils sont le reflet d’époques marquantes. Les Bernwillerois y sont fortement attachés et fiers. J’ai révélé cette sensibilité, cette convivialité et le passé riche que je ressentait à propos du village. À l’allure abîmée, ancienne, marqué, usée, ma carte est sensible grâce à ses textures, odeurs, reliefs et nous plonge dans un passé qui fait remonté des souvenirs…

Paola Bousseau


Fantasmographie de l’affect

À travers le récit du collectif NA, j’imagine Bernwiller et Ammerzwiller comme deux lieux évoluant en synergie avec leurs habitants.

La fusion des villages est un des éléments les plus marquant de leur histoire, mais également celui qui a révélé le plus de choses concernant ses habitants. Notamment la dimension affective, l’attachement à leur territoire, aux valeurs qu’ils défendent et à leur histoire. Mais aussi le rejet et le refus de ce changement opéré sans leur consentement.

Je voudrais que ce nouveau village, qui vit de ses habitants, puisse porter leurs projets et leurs engagements.

Je décide ma fantasmographie comme un outil me servant à retranscrire les émotions et la sensibilité qu’a provoqué chez moi l’histoire du village.

Elissa Ferjani

 


La rencontre

Les petites histoires de l’atelier me captivent comme un enfant à la lecture d’un conte, le voyage des visiteurs est rythmé de rebondissements et d’anecdotes qui me font sourire. Le nouveau village de Bernwiller, avec tout son passé, ses personnages atypiques et ses petites guerres intemporelles dégage une magie inépuisable. L’atelier NA raconte chaque petite histoire et épopée de ces quelques mois, j’ai la curiosité d’un enfant et les assiège de questions. J’imagine ce village comme un enfant le ferait, c’est « mon » village, cette bulle unique qui sort de toute réalité. Lorsqu’il s’agit de le représenter, je laisse mon imaginaire voguer au fil des traits, de façon totalement impulsive. Mon village se dessine tout seul, se colore et se monte comme un monde à part, il est beau, c’est le mien, je le montre.

Lucas Moreau


J’imagine Bernwiller…

J’imagine Bernwiller comme une ville pleine de vie, une ville colorée par sa nature environnante. Je rêve d’une ville dans laquelle, toutes les générations se rencontrent, chacun cherche à trouver sa place.

J’ai tout d’abord réalisé une cartographie générale selon ma première opinion de la ville après avoir rencontré l’atelier NA. Par la suite, j’ai réalisé une série de couches thématiques : les habitants, les odeurs, les bruits, et la production agricole. J’ai suspendu chaque carte sur un fil, on peut dès lors en voir seulement une ou les comparer côtes à côtes. Elles sont semblables mais racontent toutes une histoire différente. Chaque habitant se retrouvera dans l’une carte de ma série.

Pauline Fleury


J’imagine…

J’imagine selon les péripéties de l’Atelier NA, la disparition topographique des frontières entre Bernwiller et Ammertzwiller, grâce au partage de leurs patrimoines culturels. L’unification dans ma fantasmographie est transmise par une pièce de puzzle qui donne cette impression d’un tout qui lie les deux villages par une route utopique.
Des récits de l’atelier NA j’imagine l’emplacement des lieux culturels comme étant des éléments centraux, devenant le cœur du village qui bat à plusieurs endroits en même temps, donnant lieu à un partage totale des patrimoines unifiant ainsi les deux villages.

Lorenzo Cerami


Bernwiller, Ammerzwiller

Je me projette dans ces deux villages en me baladant de façon virtuelle, deux villages, dans le Haut-Rhin, transformer en une commune !

On peut dire 2 en 1,  comme le shampoing…

Ma première rencontre avec Maisons Fait Quoi ? Du collectif « NA » pose les basses de différents échanges, activités, travaux réalisés pour les villages,

C’est en quelque sorte un premier pas vers une cohésion commune et vers de nouvelles collaborations. Je vais prendre part à l’évolution de cette commune, de ces villages rattaché et éloigné, amie et ennemie,  agricoles et ruraux.

Je ne sais pas si ce rapport conflictuel est réel, ou si c’est comme les médisance entre la Lorraine et l’Alsace mais ces deux villages sont maintenant  une seule et même commune et je vais bientôt découvrir ces lieux (en vrai et pas part des images virtuels).  Je  découvrirai la ligne verte, les bâtiments comme l’ancien presbytère ou la maison Henner.

Hugues Herphelin


J’imagine…

J’imagine Bernwiller et Ammertzwiller comme deux villages habités à la fois historiquement, traditionnellement et immédiatement. L’un paon, l’autre âne. Peut-être un jour pan-âne, mais jamais paname. Ses flux sont lents et aujourd’hui changeant. Ses bâtiments poussent, se métamorphosent, vivent et se taisent. J’y vois un rejet des boites en métal roulant contre le temps et une peur des agriculteurs tranchant les sols. J’y vois un profond respect pour la nature, les terres et ceux qui les ont agencé. J’y vois des gens qui se rencontrent, se trouvent et se retrouvent. Les bâtiments restent les mêmes, mais ceux qui les rendent vivants viennent et partent, comme le sang qui circule à travers les veines d’un corps marchant.

Thibault Ménoret