Ottrott, nous voilà !

logo les infuseurs 72dpi

Visite de la BDBR et rencontre avec nos référents

Jeune collectif de designers, nous inscrivons notre démarche dans des projets In Situ. Pour ce nouveau projet intitulé  »Lectures locales », nous voici projetés à Ottrott afin de travailler sur sa future médiathèque en cours de construction.

Aujourd’hui nous nous sommes rendus à la BDBR (Bibliothèque Départementale du Bas-Rhin) pour faire la connaissance de nos collaboratrices Véronique Couty, coordinatrice à la BDBR du territoire ouest de Molsheim,Martine Krauss , adjointe au Maire de Ottrott, et Elise Maurer, secrétaire de Mairie.

Rendez-vous demain, 9h devant la Mairie d’Ottrott pour découvrir notre nouveau terrain de jeu.

Visite d'Ottrott et première rencontre avec les habitants

Première exploration d’Ottrott. Nous retrouvons Elise Maurer & Martine Krauss à la mairie, camp de base pour nos futures explorations. Un café et c’est parti pour une visite guidée des lieux. Nous découvrons le village, l’école, la future médiathèque en construction, mais aussi le parc du Windeck avec ses arbres extraordinaires. Nous apprenons également que la médiathèque sera fermé au public pendant les horaires d’école. Sur les hauteurs, le Mont Saint-Odile veille sur le village. Nous y mangerons la semaine prochaine avec Elise & Martine. Nous passons l’après-midi à rencontrer les habitants, les questionner sur la future médiathèque et leur habitudes de lecture. Étant attenante à l’école, certains habitants pensaient que la médiathèque était réservé aux écolier.

Rencontre avec les écoliers et les professeurs

Les enfants ça ose tout ! Et c’est d’ailleurs pour ça qu’on les envie ! Munis de nos craies, nous sommes allés leur demander où est ce qu’ils aimeraient lire dans leur rêves les plus fous. On dépoussière le Rocking-chair, on lui colle deux réacteurs, une demi-douzaine de roulettes, et c’est parti pour le monde de tous les possibles !

Après s’être fait donné une leçon d’imagination, nous descendons rencontrer les maternelles et constatons que le chantier de la médiathèque provoque un manque de lumière dans l’école. Nous rencontrons Isabelle Houtmann, directrice, et les enseignants pour échanger sur le projet de la future médiathèque : comprendre ce qu’ils en espèrent, ce dont ils auraient besoin et leur expliciter ce pourquoi nous sommes là.

L’heure tourne. Nous voici projetés au dessus des nuages afin de se restaurer au Mont Saint-Odile. Le ventre plein, nous roulons jusqu’à Ottrott finir notre analyse de terrain.

Nouvelle rencontre avec les futurs usagers : l’intrigue se dévoile

Nos dernières rencontres avec les habitants d’Ottrott nous ont laissées un arrière-goût de non-dit. De retour sur le terrain, nous sommes allés délier les langues avec nos nouveaux outils brise-glace. Les gens nous accueillent assez froidement. Nous comprenons au fur et à mesure que nous sommes catalogués comme travaillant pour la mairie et que cela joue en notre défaveur. Nous insistons donc sur le fait que nous sommes mandatés par la BDBR et le dialogue paraît alors plus détendu. Notre outil Proust, outil olfactif questionnant l’affecte des gens par rapport au supports traditionnels face au numérique, ainsi qu’un jeu de plateau pour créer des scénarios d’usages de la médiathèque avec les habitants, nous apprènnent en réalité bien d’autres choses… Le projet de la médiathèque a été décidé sans l’avis des habitants. Ils l’on un peu ‘‘trouvée là’’, collée à l’école, un jour en passant devant. Pour les villageois, la médiathèque n’était pas la priorité. Les enseignants se sont même battu pour qu’elle ne se construise pas sur la cour de récréation, mais les pétitions n’ont rien changé. Nous voici donc à mener un projet pour une médiathèque qui est déjà mal accueillie avant même d’exister. Mais il n’y a pas que la médiathèque prévue dans cette architecture en construction. Celle-ci  comprendra également un périscolaire et des salles associatives. Ne l’oublions pas ! Qu’on l’aie voulue ou non, la médiathèque est maintenant une réalité. Le but pour les habitants sera sans doute de se l’approprier en passant outre les conflits ou les incompréhensions. En tant que designers, nous posons la question de cette appropriation des villageois d’un lieu en devenir. La médiathèque est un outil. Et nous pensons que ce n’est pas l’outil qui importe mais ce que nous en faisons. Comment impliquer les futurs usagers dans le projet, les rendre acteurs et leur donner envie de faire vivre ce lieu sera la ligne directrice de notre travail.

Samedi c’est prototype party !

La lecture locale ça peut être vraiment pas mal ! En plus, pas besoin d’attendre la fin des travaux du périscolaire pour avoir une médiathèque à Ottrott. Mais comment est-ce possible vous demandez-vous ??? Et bien on a des idée mais on aimerait les partager avec les habitants. Rien de tel qu’une partie de ping pong entre designers et usagers pour faire pousser les idées dans le bon sens : celui des usagers. On investit la place… des tilleuls, pour une partie de co-conception ! Attention expérimentations en cours ! Et pas de photos cette fois-ci sinon c’est plus une surprise.

Séance d’expérimentation sur la place place publique

9h03. La voiture accoste, Place des Tilleuls. On plante le drapeau et on se déploie. Piratage de banc public et lâché de bibliothèque sauvage.

Nous attendons !

Une silhouette se distingue soudain dans le brouillard. Une vieille dame tient son cap jusqu’à la boulangerie ; pas moyen de lui soutirer quelques secondes de son temps pour lui parler de notre projet. Les paroles d’une chanson résonnent alors dans nos esprits :

Quand on arrive en ville

Tout le monde change de trottoir

On n’a pas l’air virils

Mais on fait peur à voir

Il n’y a pas foule mais nous réussissons à rencontrer quelques personnes pour discuter et essayer nos installations.

Installation 1: une bibliothèque participative où les gens se servent échangent et donnent des livres.

Installation 2: écouter des retransmissions d ‘evénements ayant eu lieu dans les autres médiathèques du Réseau BDBR.

Installation 3: des livres chez la coiffeuse pour tester la réaction des gens et savoir si ils sont prêts a se déplacer.

Les gens sont intéressés et trouvent la démarche très intéressante. Ils y participent même en échangeant des livres avec d’autres livre qu’ils sont allés chercher chez eux.

Ils ont envie de participer !