Le smartphone, l’outil multi-usages.

Pour mon projet de design, j’ai choisi de me concentrer sur le smartphone comme outil de création. À l’instar du ciné-train ou du cinématographe, le smartphone permet aussi bien de filmer que de travailler le film en faisant du montage ou de la postproduction, mais aussi de diffuser le film via les réseaux sociaux ou les plateformes de streaming. Le smartphone est un outil démocratisé, mais aussi diabolisé notamment par les générations qui ne sont pas nées avec. J’ai aussi pu constater au cours d’ateliers et de rencontres que créer des films avec son téléphone n’est pas une évidence pour tous.
Pour l’instant, comme le constate Bernard Stiegler, nous sommes plus dans l’usage que dans la pratique : nous suivons les règles prescrites par le marketing ou les constructeurs pour utiliser les technologies, nos comportements sont mimétiques. Ce constat s’applique pour le smartphone. Mais si nous prenions le temps de créer avec les technologies, de nous en approprier les usages, il serait alors possible qu’elles deviennent supports d’expression et d’échange, afin que chaque individu puisse évoluer et faire évoluer les autres, c’est la transindividuation chère à B. Stiegler.
Selon lui, les objets industriels prescrivant un usage sont des appareils, ils comblent un besoin avec un mode d’utilisation précise. Mais en pratiquant ces appareils, ils deviennent des instruments. Contrairement à un appareil que nous utilisons, nous jouons d’un instrument. Il véhicule un savoir et pour en jouer, il faut s’instruire et aussi instruire le monde. Nous devrions pratiquer le téléphone et le transformer en instrument. D’autant plus que nos smartphones sont de plus en plus performants et permettent d’obtenir une image de bonne qualité. Certains constructeurs en font un argument de vente, comme Apple, pour qui le réalisateur Michel Gondry a réalisé un court-métrage, Détours, uniquement filmé avec l’Iphone 7.

 

GONDRY Michel, Détour, 2017, disponible entre autres sur la chaîne YouTube d’Apple France.

 

Il existe maintenant de nombreuses applications comme Filmic Pro, qui permettent de gérer la lumière, la couleur et l’ouverture en filmant, rapprochant ainsi le smartphone d’une caméra professionnelle. De nombreux accessoires, comme des stabilisateurs ou même des vidéoprojecteurs pour smartphones se développent. Ceux-ci restent soit encore très chers et destinés à un public déjà engagé dans une pratique filmique, soit relégués au rang de gadgets et objets de mode, comme pour les vidéoprojecteurs. Réalise tes films sur ton smartphone prend en compte les conditions de diffusion, en fournissant de nombreux accessoires pour cette étape pour faire « comme au cinéma », avec des tickets, des sacs à pop-corn, etc.

 

DJI OSMO MOBILE, Stabilisateur pour smartphone.

 

Fly-X3, The Handy Motorized Phone Stabilizer.

 

LUCKIES GOOD TO GIVE, Smartphone projector and speaker, depuis 2014.

 

Cet objet a de multiples fonctions et avec la rapide évolution de toutes ses possibilités, nous l’utilisons sans le pratiquer, ce qui le transforme en gadget. Un objet sans sens. D’ailleurs René Prédal fait le même constat : « Le téléphoneur-comptable-photographe est aussi filmeur » *. Pour lui c’est un objet tendance qui allie haute technologie et goût de la société pour le gadget, pure invention du marketing, qui propose trop de fonctionnalités trop peu exploitées. Comme le disent B. Stiegler et W. Benjamin, si la technique évolue plus vite que la société, alors elle peut devenir source d’aliénation. Le smartphone a pris sa place dans nos existences, mais il ne reste, au fond, qu’un outil. Et un outil n’est pas fatalement le support d’obsession ou d’aliénation, il peut devenir autre chose en prenant le temps de l’apprivoiser sans se laisser absorber.
D’où l’importance pour les médiateurs, et les designers, d’accompagner la société dans la pratique des nouvelles technologies. Nous pouvons pratiquer et non utiliser le téléphone. Et proposer de réaliser des films militants est une pratique possible. Pour appuyer cette pratique, j’envisage d’injecter quelques aides techniques, concernant la projection ou la prise en main, dans mon projet.

 


suite…